Isomate CLR

Mode d’emploi selon l’étiquette officielle en Belgique

N.B. Lisez aussi les recommandations pratiques de Globachem. 

Pommes et poires

Isomate CLR est formulé en dispensers détachables. Isomate CLR est une phéromone de confusion sexuelle permettant d’éviter les dégâts économiques provoqués aussi bien par les carpocapses que diverses espèces de tortricidés (Petite tordeuse verte, Tordeuse pandemis, Tordeuse des fruits et Tordeuse européenne). En utilisant correctement le produit, l’accouplement des papillons ne peut pas avoir lieu, ce qui empêche le développement de la population.
Isomate CLR permet de limiter l’extension du niveau de population des insectes. Si l’année précédant l’application, les dégâts causés aux fruits aussi bien par le carpocapse que par les tortricidés ne dépassent pas les 0,5 %, le produit peut être utilisé sans la mise en place de mesures supplémentaires.
Dans le cas où les dégâts l’année précédant l’application dépassent les 0,5 %, un traitement supplémentaire d’insecticide est nécessaire sur la première génération de carpocapse et/ou tortricidé.
Isomate CLR n’est pas efficace contre la Tordeuse brune et verte des arbres fruitiers (Spilonota ocellana et Hedya nubiferana).

Période d’application

Les dispensers peuvent être suspendus 1 à 2 semaines avant le début du vol des carpocapses et tortricidés et doivent être appliqués au plus tard au début des vols de la première génération des carpocapses et tortricidés. Les années normales, la première semaine de mai constitue la bonne période d’application.
Un traitement par année est suffisant.

 

Dose
800-1000 dispensers par hectare.

 

Technique d’application

Les dispensers doivent être répartis régulièrement au sein de la parcelle traitée, la distribution doit former des carrés de 3,5 m de côté, les dispensers doivent être suspendus individuellement dans la partie supérieure des arbres.
Les dispensers doivent être suspendus à une branche de la partie supérieure de l’arbre. Les dispensers doivent être positionnés le plus possible dans la partie ombragée de l’arbre.
Dans les 20 mètres extérieurs de la parcelle, la distribution de phéromone dans le verger est rendue difficile par l’influence du vent. Pour cette raison, un traitement de bordure doit être effectué dans la périphérie de la parcelle. Une quantité double de dispensers doit être appliquée pour les arbres des rangées extérieures du verger et pour les arbres en bout de rangée.
Lors de la manutention des dispensers des gants doivent être portés.

 

Exigences à respecter pour les parcelles à traiter.

  • Le verger à traiter doit être d’une surface minimale de 2 hectares. Les meilleurs résultats sont obtenus si la technique est appliquée plusieurs années de suite, au sein d’une grande superficie de verger ininterrompue.
  • Le verger doit être régulier en hauteur, en forme et en structure. Si l’on retrouve au sein du verger des zones ouvertes, des constructions ou des arbres plus hauts que l’ensemble de la parcelle, un traitement de bordure doit y être appliqué.
  • Pour éviter que la population de la parcelle ne soit contaminée par des femelles fécondées venues de l’extérieur, il faut éviter de retrouver dans les 100 mètres entourant le verger traité, des arbres isolés non traités ou des vergers possédant une population dense de carpocapse et/ou tortricidés. Il peut être souhaitable dans ces situations, de soutenir l’efficacité de Isomate CLR, dans les rangs extérieurs, par l’application d’un insecticide.
  • Si l’année précédant l’application du produit Isomate CLR, plus de 0,5 % des fruits sont endommagés par le carpocapse et ou tortricidés, c’est que la population au sein du verger est trop importante que pour être traitée uniquement avec des phéromones. Dans ce cas un traitement à base d’un insecticide doit être appliqué contre la première génération de carpocapse et/ou tortricidés.

Contrôle de l’efficacité

L’efficacité de la technique de lutte doit être contrôlée au cours de la saison de croissance par:

  1. La mise en place de pièges à phéromones pour carpocapses.
  2. Le contrôle de minimum 1000 fruits par parcelle de début juin à début août et le comptage des dégâts causés par les chenilles de la première génération de carpocapse et ou de tortricidés. Pour ce contrôle, choisir les fruits de manière dispersée au sein de la parcelle et dans la moitié supérieure des arbres. 

Des traitements supplémentaires avec un insecticide au moment adéquat pour ces produits peuvent être nécessaires dans les cas suivants:

  1. Plus de 5 carpocapses par semaine et par piège sont attrapés au sein des pièges à phéromones positionnés dans le verger, et ça pendant deux semaines.
  2. Si lors du contrôle des dégâts de fruits de juin à aout, plus de 0,5 % de dégât par des carpocapses et/ou tortricidés sont observés.